• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011
( 6 janvier, 2011 )

Révélations en chaines sur les dossiers OVNI

yarnbury2010a.jpg25302133414228762516530912078364676087265s.jpg2527138370138194622509753694640702776028797s.jpg

« Suivez ces liens ci dessous  pour voir  les vidéo »

« http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fdai.ly%2F8Yx7Ol&h=827f9

http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fuser%2Fdossierovni%23p%2Fc%2F33E68D71B2A102B0%2F0%2F4-YtEgByai8&h=827f9

 Londres lève le voile sur des dossiers OVNI

Le ministère britannique de la Défense a levé dimanche le secret sur de nouveaux documents de son dossier « ovni ». Il révèle notamment avoir informé d’autres ministères en 1990 sur l’observation d’un ovni en forme de gros diamant.

Les Archives nationales ont autorisé l’accès à sept dossiers établis entre novembre 1987 et avril 1993 par les services de renseignement du MoD (ministère de la Défense), et qui recensent 1200 observations d’objets volants non-identifiés (Ovni).

Des négatifs de photographies prises le 4 août 1990 montrent notamment un gros ovni de la forme d’un diamant qui serait resté suspendu dans les airs pendant près de 10 minutes avant de s’envoler vers le ciel à grande vitesse. « De telles histoires ne sont normalement pas signalées aux autres ministères », précise le mémo officiel de l’un de ces dossiers.

« Mais à cette occasion cependant, le MoD a reçu six photos fournies par le Daily Record (journal écossais) et a été sollicité pour des commentaires » par ce journal en prévision d’un possible article. Le MoD en a informé les autres ministères, leur demandant de dire aux médias « qu’aucune conclusion n’avait été tirée concernant le grand objet en forme de diamant ».

numriser0002.jpg 59765806p.gif    Un extra-terrestre à l’accent scandinave

Un autre dossier du MoD rapporte le témoignage d’une promeneuse qui prétend avoir rencontré un extra-terrestre s’exprimant avec un « accent scandinave ».

La femme, sous couvert d’anonymat, a téléphoné le 20 novembre 1989 aux services de l’armée de l’air (RAF) pour raconter son expérience: alors qu’elle promenait son chien sur un terrain de sport, un homme parlant avec « un accent de type scandinave » et vêtu d’une combinaison de vol marron s’est approché d’elle pour lui annoncer la visite amicale des extra-terrestres.

Les documents seront accessibles au public le mois prochain sur le site http://www.nationalarchives.gov.uk/ufos

( 6 janvier, 2011 )

34570757angejpg.jpg

‎ »L’Ange VEHUEL fait descendre la Lumière sur la Terre. Il apporte de nouvelles notions d’amour, une ouverture à l’autre plus large, plus altruiste, plus tolérante.L’Ange VEHUEL pousse chacun de nous à ne percevoir que la beauté intérieure de chaque âme, à percevoir la puissance intérieure de la Lumière de chacun, et toutes les possibilités et les richesses que chacun détient. Cet amour délie tout attachement karmique, tout attachement à la Matière, à l’émotionnel. Il nous permet de sublimer l’être, de le pousser à se reconnecter à la Lumière, au Père, à Dieu, aux Plans de Lumière et à redevenir nous-mêmes tout cela.Pour cela, il nous faut accepter d’être dans la Matière, le quotidien avec tout le travail que cela comporte. Avant de monter vers des sommets de Lumière et d’illumination, nous devons gagner et mettre en place l’Illumination de notre planète, en mettant Amour et Lumière quotidiennement, dans tous nos actes. Cette notion d’illumination passe aussi par l’acceptation de notre sexualité et l’épanouissement de celle-ci, l’amour qui engendre la Vie afin de pouvoir continuer le chemin vers la Lumière. L’Ange VEHUEL amène la Lumière à la Terre et panse nos plaies lorsque nous nous sommes coupés nous-mêmes de cette Lumière.

( 4 janvier, 2011 )

Tradition Hopi

51zhwklobtlsl500aa300.jpgsiouxlakota.jpghopi2.bmpLE RETOUR DE L’HOMME ROUGE

Une ancienne tradition raconte, que chacune des régions et des points cardinaux de la Mère Terre sont connectés ou vibrent avec une couleur spéciale. L’Europe et le nord, avec le blanc ; l’Afrique et le sud, avec le noir ; l’Asie et l’est avec le jaune ; l’Amérique et l’ouest, avec le rouge. Avec le bleu (unificateur) des mers et de l’espace, les cinq couleurs basiques se complètent, à partir de l’union desquelles prend forme notre nature complémentaire.

Chacun d’eux a eu sa splendeur dans des temps différents. La dernière époque fut la renaissance du blanc, de l’Europe et de tout ce qui était au nord ; de la même façon les autres ont eu leur temps d’apogée, de plénitude et de décadence. Aujourd’hui nous vivons le retour de l’homme rouge, la renaissance de l‘Amérique. Maintenant c’est son tour de donner un nouvel apport à l’humanité, à la science, à la sagesse. Ce surgissement coïncide avec un autre retour, de tout ce qui est féminin et de la connaissance sacrée.

Cela fait partie du savoir profond, de la planification du temps et de l’espace de l’interaction de l’énergie infinie et intemporelle. Reviennent la connaissance cosmique et millénaire, la sagesse transcendante, la science céleste et tellurique, le savoir initiatique ; c’est à dire les lois universelles et naturelles, que tous les peuples de tradition de l’humanité ont atteint, et qui est le fruit de la pénétration mutuelle et de la fusion avec l’intelligence suprême.

Les êtres de sagesse et de connaissance reviennent, ils furent appelés de différente façon en accord avec leur lieu d’origine et à leur niveau de profondeur ! Men (Mexique) ; Piaches (Venezuela) ; Pakos, Altomisayos, Laikas, Wakakue (Pérou) ; Yatiris, Kallawayas, Challapatas (Bolivie) ; Teguas, Inganos (Colombie) ; Yachak, Uwishus (Équateur)…

La connaissance revient à avoir une conception unificatrice, multilatérale, totalisante. La connaissance antérieure revient et se réajuste en ces temps nouveaux, elle se raccommode pour donner un apport et contribuer à construire une nouvelle humanité. Ce n’est pas un retour au passé, mais un retour du passé au présent, dans ce tissage constant.

C’est le moment de reparler avec les pierres, les plantes, les animaux ; de retrouver le lien sacré avec les montagnes, les fleuves, les cascades, les vallées : pour récupérer la connexion avec l’esprit de l’eau, du feu, du vent, de la terre ; pour retrouver les processus d’augmentation de la conscience et accéder à d’autres réalités invisibles ; pour dépoussiérer dans l’esprit toute la science et la technologie matérielle et subtile développées par les grands-pères ; pour revivifier les retrouvailles telluriques avec tous les êtres ; pour s’initier à nouveau au processus de fusion cosmique.

L’essentiel revient, parce que seulement ce qui est profond survit dans le temps et dans l’espace. Ce qui est sain revient, ainsi que ce qui est productif, transformateur, pour générer la vie. Nous revenons à nos racines de base, à nos sources premières, à une nouvelle époque d’epanoiussement, à de nouvelles germinations, à de nouveaux fruits et avons de nouveaux parfums. Nous avançons et nous reculons pour ne pas nous perdre dans le chemin ; pour ne pas nous croire supérieurs au Créateur, pour récupérer notre simplicité et humilité et être à nouveau naturels et « sauvages », c’est à dire, vivre en harmonie et cohérence avec notre véritable essence.

Ce changement s’inscrit dans le chemin rouge. Au début de cette décade la nouvelle lumière a franchi le seuil et a commencé à se répandre dans les cœurs les plus sensibles. Il n’est pas rare de découvrir de nombreux artistes, écologistes, écrivains, médecins, journalistes… curieux de découvrir, de retrouver les formes les plus subtiles et invisibles de la connaissance traditionnelle.

La Mère Terre est aussi en train de se préparer à ces retrouvailles, parce qu’un grand changement a commencé, dans les petits changements des différentes régions. Maintenant nous arrivons à un changement géologique de polarité (mouvement de procession), de réajustement, de nouvel accommodement de la Terre intelligente, comme faisant partie d’un processus propre et autonome de croissance et de maturation.

Les hommes et les femmes qui gardèrent la tradition, furent tout ce temps en train de se préparer à la renaissance. Quatorze générations ont transmis la culture initiatico-géocosmologique à leurs apprentis, jusqu’au moment de la mise à jour et de l’ample divulgation. Ce temps est arrivé, il est l’heure de rafraîchir à nouveau la mémoire des frères qui sont tombés dans l’obscurantisme et qui ont oublié petit à petit leur identité culturelle sur ce chemin.

On connaît ces messages où ces prophéties avec différentes variantes et noms dans les régions variées d’Amérique : dans le monde andin avec Le retour de Wirakocha et du Inkari, au Mexique avec le retour de Ketazkoalt, en Colombie avec le retour de Bochika et la Grande Maman, en Argentine avec La fleur du Ceibo, au Honduras avec Komizahual, au Panama avec Le Ibeorgun…

Toutes ces régions parlent de la même chose, d’un retour et d’une résurrection de l’homme rouge quand le soleil se lèvera au milieu de la nuit. La prophétie est en train de se réaliser de la même manière que l’ont vu les anciens, de la même façon qu’ils l’ont déchiffré dans le langage céleste, de la même manière que cela était écrit sur la carte cosmique.

Atawallpa Oviedo

( 4 janvier, 2011 )

Lettre du Chef Seatle de la Tribu des Hopis

hopimap.gifComment peut-on acheter ou vendre le firmament, et même la chaleur de la terre ? Une telle idée nous est inconnue. Si nous ne sommes pas les maîtres de la fraîcheur de l’air ni de l’état des eaux, comment pourriez-vous les acheter ?… Chaque parcelle de cette terre est sacrée pour mon peuple. Chaque arbrisseau de pin, chaque grain de sable sur les plages, chaque goutte de rosée dans les bois obscurs, chaque colline et jusqu’au chant de chaque insecte sont sacrés à la mémoire et au passé de mon peuple. La sève qui circule dans les veines des arbres porte en elle les mémoires des Peaux Rouges.

Les morts de l’homme blanc oublient leur pays d’origine quand ils entreprennent leurs passages parmi les étoiles ; par contre, nos morts ne peuvent jamais oublier cette terre généreuse, étant donné qu’elle est la mère des Peaux Rouges, les fleurs parfumées sont nos sœurs ; le cerf, le cheval, le grand aigle ; sont nos frères. Les rochers escarpés, les près humides, la chaleur du corps du cheval et l’homme, appartiennent tous à la même famille.

A cause de cela quand le grand chef de Washington nous envoie le message qu’il veut acheter nos terres, il dit qu’il nous en réservera un où nous pourrons vivre confortablement. Il se convertira en notre père et nous en ses fils. A cause de cela nous allons considérer son offre d’acheter nos terres. Cela n’est pas facile étant donné que cette terre est sacrée pour nous. L’eau cristalline qui coule dans les fleuves et les ruisseaux n’est pas seulement de l’eau, elle représente aussi le sang de nos ancêtres. Si nous leur vendons les terres, ils doivent se souvenir qu’elle est sacrée et ils doivent en même temps enseigner à leurs enfants qu’elle l’est, que chaque reflet fantasmagorique dans les eaux claires des lacs, raconte les évènements et les mémoires des vies de notre peuple. Le murmure de l’eau est la voix du père, de mon père. Les fleuves sont nos frères et étanchent notre soif, ils sont porteurs de nos canoës et alimentent nos fils.

Si nous vendons nos terres, vous devez rappeler et enseigner à vos fils que les fleuves sont nos frères et sont aussi les vôtres, et que par conséquent vous devez les traiter avec la même douceur que l’on traite un frère. Nous savons que l’homme blanc ne comprend pas notre mode de vie. Il ne sait pas distinguer entre un morceau de terre et un autre, étant donné que c’est un étranger qui arrive de nuit et prend la terre dont il a besoin. La terre n’est pas sa sœur mais son ennemie et une fois conquise il suit son chemin, en laissant derrière lui la tombe de ses parents. Ils traitent leur mère, la terre, et leur frère, le firmament, comme des objets qui s’achètent, s’exploitent et se vendent comme des moutons ou des grains de couleur. Leur appétit dévorera la terre en laissant derrière eux seulement un désert.

Je ne sais pas, mais notre mode de vie est différent du vôtre. La seule vue de vos villes rend tristes les yeux du Peau Rouge. Mais c’est peut-être parce que le Peau Rouge est un sauvage et ne comprend rien. Il n’existe pas de lieu tranquille dans les villes de l’homme blanc, il n’y a pas de lieu où l’on puisse écouter comment les feuilles des arbres s’ouvrent au printemps ou comment les insectes battent de l’aile. Mais ce doit être parce que je suis un sauvage qui ne comprends rien. Le bruit seul semble insulter nos oreilles. Et après tout, à quoi sert la vie si l’homme ne peut écouter le cri solitaire de l’engoulevent, ni les discussions nocturnes des grenouilles au bord d’un étang ? Je suis un Peau Rouge et je ne comprends rien.

Nous préférons le doux murmure du vent sur la superficie d’un étang, ainsi que l’odeur de ce même vent purifié par la pluie de midi ou parfumé des arômes de pin. L’air a une valeur inestimable pour le Peau Rouge, étant donné que tous les êtres partagent un même souffle ; l’animal, l’arbre, l’homme, nous respirons tous le même air. L’homme blanc ne paraît pas conscient de l’air qu’il respire ; comme un moribond qui agonise durant de nombreux jours, il est insensible à la puanteur.

Mais si nous vous vendons nos terres vous devez vous souvenir que l’air est inestimable pour nous, que l’air partage son esprit avec la vie qu’il soutient. Le vent qui donna à nos grands-pères le premier souffle de vie, reçoit aussi ses derniers soupirs et vous devez la conserver comme une chose à part et sacrée, comme un lieu ou même l’homme blanc peut savourer le vent parfum‚ par les fleurs des prairies.
A cause de cela, nous considérerons votre offre d’acheter nos terres. Si nous décidons de l’accepter, je mettrai une condition ; l’homme blanc doit traiter les animaux de cette terre comme ses frères. Je suis un sauvage et je ne comprends pas d’autre mode de vie. J’ai vu des millions de buffles en train de pourrir dans les prairies, morts à coups de feu par l’homme blanc, tirés depuis un train en marche.

Je suis un sauvage et ne comprends pas comment une machine fumante peut avoir plus d’importance qu’un buffle. Que serait l’homme sans les animaux . Si tous étaient exterminés, l’homme mourrait aussi d’une grande solitude spirituelle, parce que ce qui arrive aux animaux arrivera aussi à l’homme.

Ils doivent enseigner à leurs enfants que le sol sur lequel ils marchent sont les cendres de nos grands-pères. Ils doivent inculquer à leurs enfants que la terre est enrichie des vies de nos semblables, afin qu’ils sachent la respecter. Ils doivent enseigner à leurs enfants ce que nous avons enseigné aux nôtres, c’est à dire que la terre est notre mère. Tout ce qui arrive à la terre arrivera aux fils de la terre. Si les hommes crachent par terre, ils crachent sur eux-mêmes. Nous savons cela ; la terre n’appartient pas à l’homme, l’homme appartient à la terre. Tout est enlacé, comme le sang qui unit une famille. Tout ce qui arrive à la terre, arrivera aux enfants de la terre. L’homme n’a pas tissé la trame de la vie, il est seulement un fil. Ce qu’il fait avec la trame, il le fait à lui-même. Même pas l’homme blanc, dont le Dieu se promène et parle avec lui, d’ami à ami, reste exempt du destin commun, après tout, peut-être sommes-nous frères. Nous verrons bien.

Nous savons une chose que l’homme blanc découvrira un jour : notre dieu est le même dieu. Vous pouvez penser maintenant qu’il vous appartient, de la même façon qu’ils désirent que nos terres leur appartiennent : mais ce n’est pas ainsi. Il est le dieu des hommes et sa compassion se partage également entre le Peau Rouge et l’homme blanc. Cette terre a une valeur inestimable pour Lui, et si elle est endommagée, cela provoquera la colère du Créateur. Les blancs s’éteindront, peut-être avant les autres tribus. Car si l’on contamine les lits des fleuves, ils périront une nuit noyés dans leurs propres résidus. Ils cheminent vers leur destruction entourés de gloire, inspirés par la force du dieu qui les amena sur cette terre et qui, par un quelconque dessein particulier, leur donna la domination sur elle et surtout sur le Peau Rouge.

Ce destin est mystérieux pour nous, nous ne comprenons pas pourquoi on extermine les buffles, pourquoi on dompte les chevaux sauvages, que l’on sature les coins secrets des bois avec le souffle de tant d’hommes et que l’on remplit le paysage des exubérantes collines avec les câbles parlants. Où est donc le terrain couvert de bruyères ? il est détruit. . Où est donc l’aigle ? il a disparu. Ainsi se termine la vie et commence la survie.

Chef Seatle

( 4 janvier, 2011 )

Pensée Amérindienne

2530809064e41fb21980o.jpgRéveil du shamanismeNous sommes en train de vivre un profond réveil spirituel. Après environ 2000 années où nous avons vécu dans un dogmatisme religieux, nous nous rapprochons d’un niveau spirituel plus conscient, holistique et libre. Ceci est un fait transcendant dans le processus de l’humanité, ce qui signifie en d’autres termes un changement de conscience. Aujourd’hui nous possédons une nouvelle dimension sur l’esprit, l’âme, la vie, l’alimentation, la paix, les relations sociales, la politique, etc..
Une étape est en train de s’achever et de ses cendres renaît une nouvelle où nous allons en finir avec l’intolérance, l’irrespect, l’irresponsabilité, le racisme, l’arrogance. Évidemment, en ce nouveau vécu de l’humanité, il restera en mémoire consciente les guerres religieuses et politiques (en définitif c‘est pareil) qui ont fait la conscience de cette forme de vie dans le cycle humain. Durant près de 3000 ans combien moururent au nom de dieu, c’est à dire, d’un pouvoir économique et politique dogmatique.
En d’autres termes, se fut une étape de peur, de persécution, d’extermination de tous ceux qui n’étaient pas dans cette conception de vie. Si nous pensons seulement à ces 500 dernières années, au moment où l’Europe médiévale décida de conquérir le monde, avec des millions de morts : personnes, cultures, langues, géographies, etc. En ces dernières 200 années avec l’apogée du rationalisme et du scientisme combien de visions, cultures, philosophies furent jugées de superstition, fétichisme, fanatisme, sectes. C’est à dire les vraies sectes religieuses, fondamentalistes qui au nom de leur vérité prétendirent faire disparaître les autres.
Aujourd’hui nous sommes arrivé à une « démocratie » spirituelle, nous sommes en contact avec différentes manifestations spirituelles de l’humanité, d’aujourd’hui, d’hier et de toujours. On en termine avec les sauveurs, les messies, les intermédiaires de dieu. Aujourd’hui ce n’est déjà pas facile qu’un peuple conquis par un autre peuple puisse le soumette à ses conceptions de vie. Aujourd’hui il y a une communauté internationale vigilante des ces processus. Il est clair qu’il s’agit encore d’une explosion désordonnée, chaotique, qu’il y a beaucoup de mode, fanatisme, commerce, manipulation, charlatanisme. Mais c’est normal, comme tout réveil par principe c’est comme un enfant qui veut toucher à tout, savoir tout, jouer avec tout. Petit à petit les eaux prendront leur cours et suivront un courant plus homogène. Tout n’est pas totalement terminé avec les nombreux schémas imposés mais en cette nouvelle étape de l’humanité ils vont en s’ajustant. A partir de 2012 nous entrerons en l’aube d’un nouveau jour solaire. Ceci est quelque chose d’astrologique et mathématiquement vérifiable. La Nasa sait que les mouvements solaires petits et grands, par exemple le dernier mouvement du champ magnétique du soleil s’est opéré en 2001 et que en 11 ans il y en aura un autre. Aussi ce n’est pas un hasard, il y a une synchronie dans le temps et dans l’espace, c’est à dire que l’énergie universelle est consciente, intelligente et génère distincts processus à l’intérieur d’elle- même. L’intéressant est de savoir que les Mayas le savait déjà, les Incas aussi et certaines cultures avec un haut développement scientifique. C’est à dire leurs astronomes, leurs maîtres, leurs scientifiques, leurs leaders, leurs médecins; en résumé leurs shamans, qui réunissaient toutes ces qualités, déjà l’avaient étudié dans la carte céleste et dans la conscience énergétique. Ces shamans qui manœuvraient et contrôlaient tous ces sciences et arts, purent entrer en la conscience universelle et comprirent un certain nombre de leurs mystères qu’ils ont remis aux nouvelles générations. Cela signifie que le shamanisme continue son processus de connaissance des secrets et mystères de l’univers, de l’énergie, de la conscience. Je veux dire que le shamanisme n’est pas seulement une connaissance des rituels, des plantes, de la médecine mais une connaissance scientifique de l’énergie, une étude profonde de la conscience, un exploration totale de l’esprit. Peu à peu vont surgir ces shamans, aujourd’hui il existe quelques débutants et d’autres initiés au shamanisme. Le shamanisme de ce nouveau temps se présente comme une synthèse de connaissances, d’expériences, de techniques et méthodes de différentes traditions de l’humanité. Aujourd’hui dans ce qui resurgit du shamanisme, se présente de nouvelles options afin de permettre à l’humanité de faire un pas de plus dans son réveil individuel. C’est à dire tout changement obéit à un changement personnel, si chacun fait sa part, en mettant son énergie à ce grand devenir de l’énergie libérée.

Atawallpa Oviedo – Sept. 2005


|